Ecole des Prés Saint-Jean d’Alès

3 et 4 novembre à Alès

3 et 4 novembre 2014 / Alès
Album : 3 et 4 novembre 2014 / Alès
Rencontre avec la classe de Mme Anne Vincent de l'école primaire des Prés Saint-Jean. Photos © Capucine Ducastelle
28 images
Voir l'album

Ecole d’Alès.

Les enfants au tableau.

Les enfants défilent. Deux petits garçons délurés passent au tableau. Certains parlent volontiers. D’autres remontent leurs fermetures éclair jusqu’au nez. Ça fait des drôles d’enfants. Des enfants avec le visage coupé. Il y a des enfants qui passent d’un pied sur l’autre. D’autres qui retroussent leurs jambes. Des enfants qui rient. La petite Aya vient d’Italie. Elle ne parle pas encore bien la langue d’Alès. La petite Wissem traduit. Il y a beaucoup de petits secrets qui se disent au tableau. Des métiers du futur. Yasser voudrait devenir footballeur. « Et puis Mohand, il veut devenir chômeur ! » Il dit ça, Yasser. Et puis, il rit. « Ben quoi, c’est du théâtre, on peut mentir, au théâtre ! Eh oh ! Quoi ! Et puis, moi, je serai professeur de faculté ! » Il rit, avec tous ses cheveux en bataille. « Toi au chômage, et moi, professeur de faculté ! On fera un beau couple tous les deux ! Mais non j’rigole. Je veux être footballeur. » Lina voudrait devenir star de la chanson puis finalement docteur. Aya voudrait bien aller dans tous les pays du monde. Et surtout au Japon. Elle sait compter en japonais.

 

ichi

itchi

2

ni

ni

3

san

sane

4

yon

yone

4

shi

chi

5

go

go

6

roku

lokou

7

shichi / nana

chitchi/nana

8

hachi

hatchi

9

kyû

kioû

9

ku

kou

10

djoû

 

Sofia voudrait devenir styliste, Mouna aime garder son petit frère Youssef il est trop chou elles aiment tous les deux tellement les chatons : « Je voudrais tant qu’il y ait des chatons dans la pièce ! » Dit Sofia. « Tu en mettras dis, Marion ? » Ça sonne pour la récréation. « On reste sous le préau ! » Dit la maîtresse. « Vous n’allez pas jouer dans les flaques d’eau ! » Je reste dans la classe, la fenêtre est ouverte, les règles de vie tombent par terre : être poli et honnête / avoir les mains propres. Nour, sa passion, c’est le basket : « Parfois, les garçons font la passe qu’entre eux ! » Jimmy rit de tous ses yeux. « Il a des yeux de chinois ! » Dit Ayman. « Et toi une tête de chèvre ! » « Toi-même tête de mouton ! » Ayman prend beaucoup de place. Il parle même quand ce n’est pas à lui de parler. Il dit : « Ça sert à rien le théâtre maîtresse si c’est  pas nous qui jouons. Et si vous prenez nos idées, ça s’appelle recopier, maîtresse. » Je dis : « Je ne suis pas la maîtresse, Ayman. Je suis Marion. » Ayman voudrait tout le temps passer au tableau. Et repasser. Et repasser encore. « J’ai de l’appétit pour tout, moi, maîtresse. Je voudrais avoir sept villas, et des limousines de 27 portes, et des kebabs qui tombent du ciel. C’est quoi au fait la raclette, maîtresse ? » « Je suis pas maîtresse, je suis Marion. » « Nous, on mange des tenderers » « Des quoi ?! » « C’est des pains hyper longs avec des frites dedans, tu sais ce que je sais faire maîtresse ? Je travaille, moi, des fois, je suis boucher, je prends des côtes de mouton, et je les tranche dans le milieu, et ça saigne, et tu sais, maîtresse, il y a un clown à intermarché, un clown bizarre, il fait des meurtres, il est là à intermarché, avec une tronçonneuse et une hache ! » Tout le monde se met à parler du clown : « Oui c’est vrai, maîtresse ! C’est vrai ! C’est vrai ! » Je suis très contente de cette histoire de clown parce que justement, en regardant un livre sur Marguerite Duras, j’ai trouvé des images de lions en train de déchiqueter une girafe, et des croquemitaines. Et ça, ça m’a drôlement intéressée, le croquemitaine. J’ai fait des recherches sur le croquemitaine et je suis tombée sur le coco de Goya. Tu le connais ? C’est une sorte de figure qu’on a inventée pour faire peur aux enfants. Et lorsque j’étais enfant, j’avais toujours peur des rôdeurs et des gros titres sur les journaux. Parfois, on voit de ces titres sur les affiches des tabacs. Des histoires terribles. On se les chuchote dans la cour de récréation : « Le clown ! T’as entendu parler du clown ? Il paraît qu’il a une tronçonneuse ! Et des crochets à la place des mains ! Et lorsqu’il sourit, il a les dents pointues. Du sang qui coule des dents ! Mais non ! C’est du maquillage ! Je l’ai vu avec ma sœur en sortant du loto à trois heures du matin ! Tu étais dehors à trois heures du matin ?! On en a vu un à côté du stade ! Il était déguisé en poupée Chucky ! La poupée qui fait peur ! Il paraît qu’ils sont plusieurs ! Ils sont en Amérique ! Ils sont à Marseille ! A Nîmes ! A Montpellier ! Y en a même dans le journal ! Il est partout, le clown, maîtresse ! Il est sur facebook ! Moi, s’il me demande comme ami sur facebook, je lui dis que j’habite à Lyon. » « Et la police ne fait rien ? » Demande Capucine. « Non. Le clown tue même la police. La police a peur, peur, peur ! » Dit Ayman. Et puis, il a faim d’un seul coup. Il a envie de mille gâteaux pour le goûter. Je suis un peu inquiète pour Ayman et son appétit démesuré. Je me demande si ça n’est pas un enfant ogre. Et comme déjà on a une zombie dans le spectacle + un clown bizarre qui fait peur aux enfants à l’intermarché et qui apparemment tue même des vieux avec des tubes de fer + moi qui n’arrête pas de m’évanouir, j’ai peur de heurter les âmes sensibles. Et je sens bien qu’il y a plein d’âmes sensibles, à l’école du Pré Saint Jean d’Alès. A ce moment là, Ayman me dit : « Je peux chanter une chanson, maîtresse ? » Il me chante une chanson douce sur les écureuils,  les feuilles, et il a une voix sensible comme s’il avait du cristal à l’intérieur. Tu sais ce que c’est, le cristal ? C’est quelque chose de très fragile, et beau, quand la lumière passe dedans.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Le Boudoir d'Amarie d... |
Musique et musiques |
Mamariage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | voyageursaparistome10
| La Deudeuch Bleue
| Chantal Kaeding