Ecole de Lattes, Journal de création

Le conseil des enfants -école de Lattes

 

Le conseil des enfants.

La bande des casquettes. Vous l’avez vu, vous ? Qui ? Est-ce que vous pensez qu’il faut l’exclure ? De qui on parle ? On parle du clown à tronçonneuse ? De Marguerite Duras ou de l’enfant à capuche ? Est-ce que vous croyez qu’il faut le suivre avec un flingue ? Un flingue ! Mais tu es fou, toi ! C’est drôlement dangereux ! En plus, ça se trouve, c’est le petit chaperon rouge, cet enfant à capuche.

Sofian. Elle est trop belle ta casquette, Lionel ! Tu l’as achetée où ?

Lionel. A Palavas.

La bande des casquettes. Moi, je pense qu’il faut l’exclure. Il faut lui faire des prises de judo. Moi, je connais une prise. Ça s’appelle le outchimata. Il faut lui faire ça.

Alinoé. Moi, je ne sais pas si je veux être avec vous.

La bande des casquettes. Si tu n’es pas assez dure pour lui faire l’outchimata, tu sors de notre club. Il faut lui mettre des coups de poings dans les dents. Il faut lui dégommer les dents avec des nerfs.

Alinoé. De toute façon, vous pouvez bien lui dégommer des dents puisqu’il n’en a pas. Il n’a même pas de visage. En tous les cas, moi, je ne suis pas des vôtres.

La bande des casquettes. En plus, il me fait penser à mon beau-père. Il a des cils, on dirait même pas des cils. On voit pas même sa bouche. Si ! Moi, je l’ai vue ! Mes parents étaient chez des copains, j’attendais dans la voiture, et l’enfant-capuche est venu tout contre ma vitre. En plus, il avait une tronçonneuse ! N’importe quoi ! Tu confonds ! C’est le clown ! Elle confond tout ! Le clown tueur de toute façon il n’est pas à Lattes ! Il est à Montpellier ! Il faudrait peut-être prévenir Marion avec son fils Nestor ! Qu’elle fasse attention ! Il a une bouche extrêmement grande. En fait, tout son visage c’est une bouche. C’est un trou, en fait, son visage.

Maxime. De toute façon, l’enfant capuche, c’est comme la petite souris, il n’existe pas.

La bande des casquettes. Si. Moi, je l’ai vu à la télé et c’était écrit réalité.

Maud. Marion ?

M. Oui, Maud ?

Maud. Moi, mon arrière grand-père, il travaillait dans la soie. Et en plus, il a écrit un  livre. Je ne peux pas encore le lire car il y a des mots compliqués. Il n’y a pas d’images non plus.

M. Ah oui ?

Lyllie. Marion ?

M. Oui, Lyllie ?

Lyllie. Moi, mon papy Pat il est mort, mais c’était pas quelque chose d’alcoolique.

M. Ah oui ?

Sara. De toute façon, quand on meurt, on nous brûle, et puis, on nous met dans une boîte pour nous garder. C’est parce qu’on est devenu de la cendre.

Aurélien. Marion ?

M. Oui, Aurélien ?

Aurélien. Moi, ma mamy, elle a eu un accident de voiture, et mon papy, il la garde toujours avec lui dans la chambre.

Ilan. Et moi, Marion, une fois, je me suis brûlé, c’était tout rouge.

Mathieu. De toute façon, on ne peut pas s’empêcher de mourir.

Nahel. Marion ?

M. Oui, Nahel ?

Nahel. Tu penses qu’on a plusieurs vies ?

Evan. Marion ? Tu sais ce qui m’étonne, moi ? C’est que les girafes ont des longs cous.

Sofian. Marion ? Marion ? Marion ? Moi, l’autre jour, ma dent elle était coincée, et la moitié de la dent est tombée. J’ai dit : « C’est entier ou c’est la moitié ? » En fait, c’était la moitié !

Ilan. Marion ?

M. Quoi encore, Ilan ?

Ilan. Moi, ce que je n’ai jamais vu, c’est la guerre, en ce moment, il y a une guerre à Toulouse, ou en Algérie, un truc comme ça, c’est là ou je suis né, l’Algérie, toute ma famille est née là-bas, c’est en Algérie, la guerre.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Le Boudoir d'Amarie d... |
Musique et musiques |
Mamariage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | voyageursaparistome10
| La Deudeuch Bleue
| Chantal Kaeding